lundi 28 mars 2016

Au lieu-dit Noir-Etang - Thomas H.Cook




Quatrième de couverture :


Dans une petite ville de Nouvelle-Angleterre, en 1926, le jeune Henry découvre la relation adultérine qu'entretiennent deux de ses professeurs. La solitude de M. Reed, marié et père de famille, l'intrigue;  tout comme le fascine la beauté et le caractère passionné de Mlle Channing. Henry va être le témoin complice et muet de la tragédie qui se noue au lieu maudit appelé Noir-Etang.


Pourquoi j'ai choisi ce livre:


Rien d'exceptionnel, un jour la couverture est apparue sur mon mur sur Pinterest, le titre m'a intrigué, la quatrième de couverture également.... 


Pourquoi j'ai adoré:


L'histoire est racontée par un Henry vieillissant qui replonge dans les souvenirs de cette terrible année 1927. Avec nostalgie et culpabilité il se rappelle l'adolescent qu'il a été, épris de liberté, aspirant à vivre passionnément, bien loin de cette ville à la morale étriquée et de cette famille conventionnelle.
Il va être le témoin de la rencontre entre Mlle Channing, jeune femme libre, belle et indépendante, et de M. Reed, être énigmatique, ombrageux, blessé par la vie... Entre eux deux va naître une passion qui va enflammer l'imagination d'Henry, voyant dans ces deux être les héros romantiques, symboles de la liberté dont il a toujours rêvé. Jusqu'au drame...
Roman haletant, extrêmement bien construit l'auteur ne s'est pas contenté de nous raconter le drame qui s'est noué à Noir-Etang, il nous parle aussi de nostalgie, de relation père-fils, d'adolescence... 
L'écriture de ce roman est originale, dès le départ on sait qu'il s'est passé quelque chose de tragique, on connaît les responsables mais le reste nous échappe. L'intrigue est dévoilée de manière détournée, lentement, pages après pages, distillée à petite dose jusqu'au point final 
C'est terriblement efficace!

Citations:


"Une phrase me frappa à jamais: La vie ne vaut d'être vécue qu'au bord de la folie. Je me souviens qu'une exaltation farouche gonflait mon cœur à mesure que je lisais et relisais cette phrase dans ma chambre, et qu'il me semblait qu'elle illuminait tout ce que j'avais ressenti jusqu’alors. Aujourd'hui encore, je suis frappé de constater que nulles ténèbres n'avaient jamais surgi d'une flamme aussi vive."

"Je connaissais parfaitement l'idée que mon père se faisait du bonheur, les satisfactions qu'il signifiait pour lui: une vie marquée par des événements prévisibles et de faible portée, étriquée et sans inspiration, pâle compensation aux aspirations plus profondes et plus insistantes qui devaient bien le tenailler de temps à autre"

"L'art c'est comme l'amour; c'est tout ou rien"

"Pour être peintre ou sculpteur, dit-elle, il faut modifier ses sens. Les inverser de façon à voir avec les doigts, et à toucher avec les yeux"

"Un amour ne peut naître que d'un amour qui se meurt"

"Durant les années qui ont suivi, j'ai considéré que l'affaire de Chatham School était (...) une chose qui avait fleuri brièvement, exhalé un parfum exquis puis, en instant déchirant, tout réduit en cendres" 



Et vous, qu'en pensez vous?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire