lundi 18 avril 2016

La vie d'une autre - Frédérique Deghelt



Quatrième de couverture:


Marie a vingt-cinq ans. Un soir de fête, coup de foudre pour le beau Pablo, nuit d'amour et le lendemain... Elle se réveille à ses côtés, douze ans plus tard, mariée, mère de trois enfants, sans un seul souvenir de ces années écoulées. Comment faire pour donner le change à son entourage? Et comment retrouver sa propre vie? C'est avec une énergie virevoltante et un optimisme rafraîchissant que Frédérique Deghelt a écrit ce roman sur l'amour et le temps qui passe, sur les rêves des jeunes filles confrontés au quotidien et à la force des choix qui déterminent l'existence.

Pourquoi j'ai choisi ce livre:


Je ne m'en souviens plus. Il était dans un de ces cartons qu'on trimbale de déménagement en déménagement sans jamais les ouvrir, enfermé de plusieurs années sans doute. Et puis un jour, je me suis décidée à ouvrir ce carton intitulé "Choses diverses" et je l'ai trouvé au milieu d'objets insignifiants. Le résumé m'a plu, je me suis plongée dedans et il est allé retrouvé ses semblables dans la bibliothèque.

Pourquoi j'ai aimé, quoiqu'un peu mitigée quand même!


Qui ne s'est jamais demandé où est passé sa vie? C'est ce qui arrive à Marie, qui se réveille un matin au côté d'un homme qu'elle pense avoir rencontré la veille. Elle se découvre mariée avec lui depuis douze ans, mère de trois enfants. Sa mémoire a disjoncté et effacé les douze dernières années de sa vie.
Marie mène l'enquête sur elle même, tout en donnant le change à son entourage pour ne pas dévoiler ce qui lui arrive. Qui est donc cet homme qu'elle a épousé? Que lui est-il arrivé pour qu'elle oublie toutes ces années? Qu'a-t-elle vécu pendant douze ans? Qui sont ses amis? Ses enfants? Le lecteur suit Marie dans ces questionnements jusqu'aux révélations finales.
L'idée de départ paraît peu vraisemblable mais je ne peux le reprocher à l'auteur puisque j'étais au courant dès la quatrième de couverture et que j'ai choisi ce livre en connaissance de cause.
Mais je ne m'attendais pas à rencontrer des personnages aussi peu réalistes; les enfants sont parfaits, le mari beau, riche et célèbre, les amis géniaux.... Quant à Marie, elle élève ses trois enfants, travaille dur, fait du théâtre, apprend avec talent à jouer Chopin... La vie rêvée de toute mère de famille!
Je me suis peu attachée aux personnages, trop parfaits et qui ne font pas partie de mon monde!
J'étais partie pour m'ennuyer ferme quand vient la fin de l'histoire, Marie arrive à reconstituer le puzzle et comprend enfin ce qui lui est arrivé. 
Et là, grosse claque, de très très belles phrases sur le couple, la relation amoureuse, les sentiments qui s'usent, se fanent avec le temps.... Tout cela a forcément fait écho à mon vécu. J'en suis encore toute bouleversée. 
Ce roman qui parle d'amnésie aurait pu partir aux oubliettes  mais grâce aux cinquante dernières pages mérite qu'on s'y intéresse.

Citations:


"On dit toujours que ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort, mais on devrait ajouter que ce qui nous mine quotidiennement finit par nous tuer."

"Je ne veux pas vivre un faux amour fait de faux-fuyants, de faux dialogues, de faux rapports, de faux dîners amoureux, de vrais faux-semblants et de vrais arrangements avec la vie. Je veux pas vivre un amour moribond qui fait tout ce qu'il peu pour cacher qu'il ne se remet pas de son passif. Je ne veux pas vivre avec un homme qui ignore tout ça, et ne sait plus qu'il a pu être un jour un homme amoureux. Ou alors je ne veux pas vivre!"

"Le chagrin est une blessure qui demande à saigner pour pouvoir guérir."

"Ne pas se sentir belle dans le regard de l'autre, ne plus avoir d'importance à ses yeux, être absente de sa lumière, est la plus certaine des fins."


Et vous, vous en pensez quoi?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire